Les urgences dentaires

urgence dentaire - centre dentaire magenta

Contrairement à ce que l’on pense, l’urgence dentaire la plus importante n’est pas la pulpite, mais l’hémorragie post opératoire. Mais qui peut attendre stoïque face à la fameuse « rage de dent » ? L’apparition d’un abcès parodontal, une fracture ou une expulsion de la dent suite à un choc, un appareil dentaire qui se casse, sont également de bonnes raisons de consulter votre dentiste en urgence.  Mais vous l’aurez compris, il existe des urgences absolues et des urgences relatives.

  • Une hémorragie suite à une extraction dentaire est une urgence assez fréquente dans les services hospitaliers la nuit. C’est pourquoi, il est souvent conseillé de programmer les extractions en début de journée. Si les saignements perdurent au-delà de 4 heures, il faut le signaler très rapidement à votre dentiste ou à l’urgentiste qui en recherchera la cause ( lésion muqueuse ou osseuse, infection …) et mettra en place si nécessaire un hémostatique local. L’interrogatoire pré-opératoire est fondamental car il permet de savoir si le patient est sous traitement anticoagulant, anti vitamine K ou s’il souffre de tout autre problème qui perturbe les facteurs de l’hémostase.
  • La pulpite est une inflammation de la pulpe dentaire riche en vaisseaux sanguins et lymphatiques et en fibres nerveuses. Lorsque la carie atteint la pulpe, la pulpite est dite irréversible. L’œdème inflammatoire induit dans cette cavité non extensible va entraîner une pression à l’origine de la douleur. Pour soulager, le dentiste va alors dévitaliser la dent sous anesthésie. La douleur particulièrement intense en fait une urgence.
  • Un abcès dentaire est une infection purulente pouvant entraîner la destruction du ligament parodontal et de l’os alvéolaire. La douleur peut être soudaine, intense et lancinante. Afin de soulager le patient, le dentiste passera un instrument dans le ou les canaux dentaires afin de permettre l’évacuation du pus et prescrira un traitement antibiotique. L’extraction pourra être envisagée en fonction de la dégradation de l’os et de la mobilité de la dent.
  • Une dent expulsée, cassée ou fêlée, suite à un traumatisme de la face. Dans la plupart des cas, il s’agit des incisives et des canines supérieures avec un pic de fréquence entre 5 et 11ans.
    Lorsque la fracture de la dent n’atteint pas la pulpe, cela nécessite une restauration prothétique. Si la fracture met à nue de la pulpe, le risque est l’infection. Le traitement du canal dentaire s’imposera.
    Lorsque la dent est  expulsée, il s’agit, après nettoyage à l’eau claire et sans frotter la racine, de réimplanter dans la mesure du possible la dent dans son alvéole en la tenant par la couronne. Si cela est impossible, il faut conserver la dent dans du lait ou du sérum physiologique. Dans les deux cas, il faudra consulter le plus vite possible un dentiste qui tentera de réimplanter la dent expulsée.
  • Une prothèse cassée peut entraîner un préjudice esthétique important qui peut être la cause d’absence au travail. Des réparations peuvent être effectuées en urgence en cabinet dentaire.

Attention à l’automédication
En cas de douleur, la première réaction est de prendre un antalgique ou un anti-inflammatoire. Attention aux contre indications et au surdosage !